Galerie des corsaires

EXPOS 2018


Marine BONZOM

 

IMG_20181217_114228.jpg

 

AFF EXPO M BONZOM.jpg

 

unnamed.jpg

 

image2-21.jpg

 

image3-12.jpg

 

04.jpg

 

marine_bonzom_artiste_peintre_biarritz_lilac.JPG

 

Originaire de Biarritz, Marine Bonzom, tout au long de sa vie a eu plaisir à partir à la découverte du monde. De New York à Sydney en passant par Dubaï, Séoul ou Rome, ses nombreux voyages et déplacements professionnels ont été ses principales sources d’inspiration. Aujourd’hui, à 30 ans et de retour en France, elle arrive à un moment de sa vie où peindre, dessiner, toucher, créer sont un besoin viscéral et instinctif. Exaltée à chaque expérience, à chaque rencontre, elle puise son inspiration dans tout ce qui l’entoure. Qu’il s’agisse d’un continent, un climat, une luminosité, une culture ou encore un paysage, sa réflexion prend forme dans les détails de son environnement pour donner vie à un art abstrait sublimé par la matière.

marinebonzom.com 

 

 


20/12/2018


Miloé & Geneviève Vigneau

 

bandeauFacebook-ExpoGVigneau&Miloeě.jpg

 

 

 

 

Emilie Thieuleux.jpg

 

illustrations-emilie-thieuleux-miloe-1-1024x398.jpg

 

illustrations-emilie-thieuleux-miloe-5.jpg

 

carréPentedockscarré.jpg

 

 

 

boule2.JPG

 

MENAGERES4.jpg

 

boule4.jpg

 

VIRUS7.jpg

 

Emilie Thieuleux aka Miloé, est une jeune illustratrice et designer graphique freelance qui travaille entre Bordeaux, Strasbourg et Bayonne d’où elle vient. Son travail s’articule autour d’un univers fin, méticuleux et poétique grâce aux crayons de couleurs et au rotring, ces fidèles alliés. Pour chaque projet, elle tente d’en déceler la singularité afin de mettre en avant sa sensibilité. Son goût pour les voyages l’a amené à vivre plusieurs mois à Stockholm ce qui lui a permis de faire évoluer son trait. En parallèle, elle est intervenante en collège dans les classes à horaires aménagés arts plastiques (CHAAP) et enseigne le dessin à l’école d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux.

 

Les sculptures de Geneviève Vigneau se rapportent  à  l’image du corps, paré, en représentation. Elle s’inspire des arts primitifs pour le rendre beau, elle l’habille d’engobe, d’émaux, de perles et de dentelle. Cette année une série sur les « bestioles » fait son apparition dans ce décor feutré. L’idée de vagabonder dans d’autres univers fait parti de la même esthétique rendre beau…

 

 


05/12/2018


Le Mois de la Photographie avec Cédric ORTIZ

 

01.jpg

 

 

02.jpg

 

 

03.jpg

 

04.jpg

 

05.jpg

 

06.jpg

 

07.jpg

 

08.jpg

 

Cédric Ortiz, photographe autodidacte depuis peu reçoit le prix de la photographie en 2017 aux Remp’ARTS de Bayonne. Cette année il expose pour la première fois dans une Galerie en solo et nous fait l’honneur d’être notre invité pour ce mois de la Photographie

« Perspectives & réflexions bayonnaises »

L’atmosphère des rues bayonnaises fut une belle rencontre, sa présence dans son quotidien ces dernières années, a facilité la création de cette série. Durant cette période Cédric Ortiz a dû faire des choix importants sur un plan personnel, et ces rues silencieuses sous la pluie ont souvent été un refuge. Marcher simplement dans la rue, en se fondant dans le décor sans rien attendre, lui procure une sorte de quiétude, qu’il a toujours un peu de mal à expliquer. « C'est un peu comme être devant la bobine d’un film sans fin avec une paire de ciseaux, et avoir le privilège d’en couper des fragments quand on le souhaite et sans qu’il y ait de conséquences ». Du pur égoïsme sans doute… dans tous les cas, il respecte vraiment cette bobine.

 

 


05/11/2018


"LES IMPROBABLES"

 

IMG_0341.JPG

 

IMG_0338.JPG

 

 

Affiche JC CIMELIERE - C JAMMAERTS.jpg

 

 

 

téléchargement.jpg

 

IMG_0326.JPG

 

015.JPG

 

press-book1032.jpg

 

 

 

 

 

54502340a92e8-e1430553216291.jpg

 

IMG_0331.JPG

 

Engrenage-2012.JPG

 

Soleil noir  2012.JPG

 

 

Plasticien détourneur d’objets délaissés, fervent défenseur de l’écologie et de l’économie circulaire, Jean-Claude Cimelière redonne vie aux matériaux du rebut qu’il transforme avec humour et poésie, en objets artistiques porteurs de messages. Des œuvres d’une originalité étonnante, celles d’un poète à l’imagination débordante qui donne corps à la fois à sa fantaisie et à son humour par le biais des objets qu’il détourne afin de leur donner une histoire et une autre vie…« La création est un cheminement qui parfois m’entraîne loin de mon point de départ » dit-il. Ce point de départ peut provenir d’une réflexion entendue près de lui, de « l’air du temps », c’est-à-dire de ce qu’il pense de notre société où il estime que tout est ramené à l’argent, ou encore d’un objet trouvé au hasard, souvent jeté et qu’il récupère. Il cherche alors à le détourner de son usage initial en lui offrant une seconde vie, une nouvelle utilisation souvent surprenante, comme ces petites cuillers qui se transforment en écailles de poisson. Son cerveau est toujours en mouvement, jour et nuit ! Alors, il ne se couche jamais sans un carnet auprès de lui pour noter ses idées. Au matin, il doit trier ses pensées pour ne pas s’y perdre et pouvoir ensuite leur donner forme…
Qu’est-ce qui a amené Claude Jammaerts, à prendre un pinceau, à le tremper dans les couleurs qu’il avait sous la main « de la peinture en bâtiment » et à commencer un premier travail, sur un support qu’il avait aussi sous la main : un store en lamelles de bois ? Nul ne peut dire ce qui l’a conduit à cette passion pour la peinture ni pourquoi  il est attaché à ce bizarre support du store enroulé, moderne kakemono de récupération. Il se perd de temps en temps sur de la toile, mais n'y trouve pas vraiment, pour l'instant, son compte et retourne très vite à ses bois tressés. Mais le fait est là : il peint ! Avec patience et avec audace, sans se préoccuper des modes, des courants, des tendances. A chaque exposition, il déroule ses “kakemonos” dévoilant  ce qui l’agite : des univers oniriques, des histoires d’amour et de haine, des paysages minutieux enchâssés dans des perspectives instables, des compositions géométriques ponctuées de symboles, des traits d’humour... Claude Jammaerts, ne connait pas la panne d’inspiration, tous les sujets sont bons à condition, et là il est intransigeant, que cela se fasse sur ses chers “kakémonos” dont il précise qu’ils peuvent même être exposés aux intempéries !

15/10/2018


"ALTERNATIB'ART"

 

010.jpg

 

 

016.JPG

 

 

 

Pascal BILLARD

002.jpg

 

395657_162672860548034_566899906_n.jpg

 

 

 

Jean-Claude CIMELIERE

011.jpg

 

003.jpg

 

 

Marie-Hélène BURGEAT

001.jpg

 

parabole.jpg-nggid03153-ngg0dyn-219x219x100-00f0w010c011r110f110r010t010.jpg

 

 

 

André GOUPILLE

IMG_20181001_104321.jpg

 

IMG_4115.JPG

 

 

 

Régine LAVIELLE

Migrance   3.jpg

 

 

 

 

AFF ALTERNATB'ART.jpg

 

 

L'association Bizi organise à Bayonne les 06 et 07 octobre 2018 une nouvelle édition d'Alternatiba, le Village des alternatives au changement climatique et à la crise énergétique. Elle aura une importance particulière et un écho national, au vu du caractère d’événement fondateur qu'a eu la précédente édition bayonnaise, en 2013, qui a lancé la dynamique de mobilisation citoyenne en vue de la COP 21 qui s’est déroulée à Paris. Cette nouvelle édition verra en outre l'arrivée du Tour Alternatiba qui partira le 9 juin 2018 de Paris, et parcourra 5 800 km avant d'arriver à Bayonne, 4 mois plus tard. Alternatiba sera constitué de 9 espaces thématiques : les Alternatives territoriales, l’Agriculture, les Transports, le Recyclage & réparation, la Solidarité & le partage, la Sobriété, l’Eco-féminisme, la Relocalisation, et les Energies renouvelables. L’Exposition à la Galerie des Corsaires sera un des liens avec Alternatiba à travers le travail de cinq artistes à partir du 1er Octobre et jusqu’à la clôture de l’évènement le 7 Octobre. Cinq artistes, Pascal Billard, Marie-Hélène Burgeat, Jean-Claude Cimelière, André Goupille et Régine Lavielle dont leurs créations sont réalisées avec des objets de récupération…

 

 

 


03/10/2018