Galerie des corsaires

EXPOS EN COURS


"CLINS D'OEIL" MARC VAN LOEY

 

 

10.jpg

 


11.jpg

 


12.jpg

 

 

01.jpg

 


02.jpg

 


OLE_4749.jpg

 


04.jpg

 


05.jpg

 


06.JPG


04/11/2019


Sylvaine RAOUL & Bruno RICHER

 

 

00.jpg

 


01.jpg

 


02.JPG

 


03 - acrylique sur toile 70x70.jpg

 


04.JPG

Sylvaine RAOUL

Depuis de nombreuses années mon travail s'impose comme une obsession autour du noir, ou plutôt de la lumière indicible ou violente qui en surgit. Cette démarche  trouve  toute sa puissance dans un profond dénuement,  au travers d'une recherche  de la lumière, de la transparence, à partir du noir, "comme un absolu de lumière", d'où le recours à un vocabulaire élémentaire de la couleur. J'utilise la lumière comme d'autres utilisent la couleur. La  lumière est réfléchie par le noir et sa vie transparaît au-travers de celui-ci, comme une irruption dans la nuit. "Comme des accidents de lumière dans l'obscurité du temps". (M. Duras)

 

 

 


05.jpg

 


06.jpg

 


07.jpg

Bruno RICHER

« Je ne suis pas photographe : je fais des photographies »

A 70 ans, j’expose, grâce aux Corsaires, pour la deuxième fois Si on m’oblige à me définir, je dis que je suis un  ‘regardeur’ chapardeur : je vais chercher des images que mon regard croise généralement par surprise, sans l’avoir voulu. Je trouve ce que je ne cherche pas : des détails d’un mur, d’une flaque, d’une plante, des angles de vue, des lumières et des ombres qui transforment la réalité des choses pour tenter d’en tirer une cohérence esthétique. Une question simple résume peut-être ‘tout ça’ : la poésie dans la photo, on fait comment ? Et ça fait cinquante ans que ça dure.

 

 


08.jpg

 

 


21/10/2019


"La vie secrète de l'eau" - Joëlle PERICHON

 

1.jpg

 


2.jpg

 


3.jpeg

 


4.jpg

 


5.jpg

 


6.jpg

 


7.jpg

 

« La vie secrète de l’eau »

Depuis toujours, Joëlle Perichon est en quête du beau et de l’authentique. Elle aime tout particulièrement découvrir et montrer les détails qu’on ne voit pas nécessairement à l’œil nu. La photographie est pour elle le moyen idéal pour ça : la révélation pleine et entière se fait sur l’écran. Elle a beaucoup photographié les fleurs et les plantes et puis… elle a découvert l’eau. L’eau et la lumière s’associent à la matière pour créer des œuvres d’art éphémères que seul l’objectif d’un appareil photo peut saisir. Le résultat est surprenant : on voyage d’un univers à l’autre, d’une atmosphère zen à un imaginaire fantastique, en passant par le design fascinant des motifs de glace. L’eau se révèle en tant qu’artiste à part entière et nous livre des œuvres brutes, parfois figuratives, souvent abstraites.

Site internet : www.assionato.fr

 


30/09/2019


IMMERSION/MURGILTZE

1.jpg

 

 

IMG_20190909_102348.jpg

 

IMG_20190909_095030.jpg

 


IMG_20190909_102327.jpg

 


2.jpg

 


3.jpg

 


4.JPG

 


5.JPG

 


6.JPG

 

 

7.jpg

 

 

Bernard Olczak Artiste peintre venu de la région parisienne s’est installé à Hendaye. Ancien cheminot, il a toujours été passionné par son art. Très jeune, il apprend le dessin à l’école des beaux-arts de Versailles et à Paris, dans divers ateliers de peinture. Il utilise essentiellement depuis 35 ans la peinture à l’huile, l’acrylique, l’encre, l’aquarelle et la gravure. Sa palette est complète. Il a réalisé toute une série de tableaux sur la Bidassoa, de nombreuses marines voisinent avec des scènes de tauromachie… Il peut passer du figuratif à l’abstrait dans un esprit de synthèse, se sert des couleurs, notamment l’ocre et le mauve pour marquer l’opposition entre ombre et lumière. Mais il ne protège pas jalousement son art. Très associatif, il privilégie la connaissance et l’évolution de chacun par l’éducation populaire. Il fait partie de l’association Aice Egoa et ses récompenses sont aussi nombreuses que ses expositions. Il donne aussi des conférences sur les couleurs complémentaires, la composition, l’histoire. Ou bien il organise des stages pour les animateurs d’arts plastiques des associations.

Le travail de Anne Fruchon  relève de l'émotion ressentie au contact de paysages et d'instants privilégiés. Guidée par l'intuition, elle relie matières et couleurs et crée cet espace textile comparable, en poésie aussi, à des variations musicales. L'ensemble, souvent abstrait, permet à chacun d'y tisser ses propres rêves. La technique demeure rigoureuse et composée, tissage, couture, teinture, collage, broderie.. Le choix délibéré des rondeurs, courbes et matières douces n'est pas aveuglement devant une certaine réalité mais désir et choix de délicatesse, d'apaisement, de simple catharsis, en particulier en ce qui concerne la sculpture "Re-naissance" et le recueil de poèmes l'accompagnant : "Ode au fil des landes". Ce choix est motivé, en tissage et dans le recueil "Immersion-Murgiltze", par la découverte palpable et intérieure du Pays Basque : douceur pas à pas dans une histoire d'apprivoisement.

 

 


08/09/2019